RetourPour être tenu au courant des publications sur ce site, cliquez ici...
TéléchargerDialogues G.R. : il y a toute une polémique autour des rapports entre science et religions, certains disant que la science a démontré les erreurs scientifiques de certains passages de la Bible (la création, par exemple) et donc que les religions sont fausses. D’autres au contraire soutiennent que toutes les découvertes scientifiques s’appuient sur des textes bibliques (ou coraniques). Je me demande où se trouve l’intérêt de telles discussions ? G.S. : mais il ne faut pas faire de lien entre science et spiritualité. Les hommes de science (que nous devons tous être, chacun à son propre niveau) peuvent développer leur spiritualité, comme d’ailleurs les sportifs, les hommes politiques, les commerçants et artisans, etc. G.R. : que voulez-vous dire ? G.S. : je veux dire que la science fait connaître le monde, la vie, les hommes, les plantes, les animaux, le cosmos. La religion, elle, met au coeur des hommes un élan, une force, une morale qui leur permet d’affronter la vie, ses problèmes, ses joies et ses peines. G.R. : mais tout de même, on a l’impression que les religions sont toujours un peu à la remorque des sciences ; quand il y a une avancée scientifique majeure, les autorités religieuses commencent par la rejeter, puis l’idée fait son chemin et enfin on explique que Dieu est très content de cette découverte scientifique ! G.S. : vous avez un exemple ? G.R. : eh bien, le fait que la terre ne soit pas plate et ne soit pas le centre de l’univers, par exemple. G.S. : que la terre soit, ou ne soit pas, au centre de l’univers est une conception astronomique qui n’a rien à voir avec la spiritualité et la religion. Il fallait être fondamentaliste comme un caillou pour faire des histoires à cet excellent Galilée. Et d’ailleurs, les grecs savaient depuis longtemps que la terre était ronde. Ce qui est sûr, c’est que la science et la religion sont deux domaines indépendants. C’est comme si vous demandiez si les progrès de la médecine font évoluer la musique ! Sauf pour les fondamentalistes évidemment. Mais il ne faut pas être fondamentaliste. G.R. : nous avons une question qui me semble résumer toutes les autres sur ce sujet : Pourquoi la coopération entre la Science et les religions est-elle impossible ? Elles incarnent l’antagonisme le plus irréductible pour certains, alors que pour d’autres, elles sont indissociables. Pourquoi cette incompatibilité ? G.S. : Martin Luther King avait dit : « Il peut y avoir conflit entre hommes de religion et hommes de science, mais non point entre science et religion. Leurs mondes respectifs sont distincts, et leurs méthodes, différentes ». Si certaines religions ont des problèmes avec la science, j’en suis bien désolé. Le christianisme en tous cas n’en a pas. Pour aller plus loin... Aux époques anciennes, les hommes étaient certes plus pénétrés par l’esprit religieux qu’ils ne le sont aujourd’hui, et cela ne les empêchait pas d’être à la fois croyants et savants ; de nombreux savants étaient moines chrétiens, théologiens musulmans, etc. La science recherche, la religion interprète. La science donne à l’homme une connaissance, la religion donne à l’homme une sagesse. La science s’occupe des faits, la religion s’occupe des valeurs. Ce ne sont pas deux rivales. Elles sont complémentaires. La science empêche la religion de sombrer dans l’irrationalisme impotent et l’obscurantisme paralysant. La religion retient la science de s’embourber dans le matérialisme et le nihilisme cynique. Pourquoi dire cela ? La science fait son travail sans rien demander à personne : elle fait des hypothèses et voit si elle peut les prouver d’une manière qui soit indiscutable pour tout le monde, si elle peut faire des expériences que n’importe qui pourra refaire à l’identique. Et c’est bien. C’est cela qui fait progresser les connaissances, l’industrie, l’agriculture, la médecine, etc. La religion fait son travail sans rien demander à personne : elle s’efforce de rendre compte de l’expérience intérieure de la Présence divine ou, pour certains, de présenter les traditions de la spiritualité du groupe dont ils font partie. Celles-ci ont pu être élaborées au cours des siècles, ou à la suite d’une certitude intérieure. Et c’est bien. La science est une méthode pour analyser le réel par l’expérimentation. Par exemple on constate qu’en comprimant un gaz il s’échauffe, et on peut mesurer cet échauffement, toujours le même dans tous les pays et toutes les civilisations, et quelle que soit l’opinion personnelle du manipulateur. Tous les hommes du monde sont toujours d’accord avec la « loi » de réchauffement des gaz que l’on comprime. Quant à la religion, elle est un ensemble de rites et de règles, d’affirmations de spiritualité, qui ont pour but d’aider les gens à vivre dans un monde qui peut apparaître comme très mystérieux et compliqué. Il y a rarement deux personnes tout à fait d’accord, car chacune se fait une idée personnelle du monde et de la vie. Néanmoins, les opinions des gens se regroupent dans de grands ensembles : christianisme, islam, bouddhisme, animisme etc. Ils ont tous des sous-ensembles : christianisme protestant, catholique, évangélique, etc. Islam chiite, sunnite, salafiste, etc. Bouddhisme du Grand et du Petit Véhicule, etc. La religion ne peut rien dire de la science, ni la science de la religion.
Il fut un temps, pas si lointain, où l’on prétendait que la lecture de la Bible avait permis des découvertes pétrolières, mais aujourd’hui encore, la querelle continue entre ceux qui pensent que science et religion n’ont et ne doivent avoir aucun rapport entre elles, et ceux qui soutiennent que les explications scientifiques du monde où nous vivons ne valent rien au regard des Saintes Écritures. Cette confrontation de deux points de vue n’aurait aucun inconvénient – après tout, le progrès vient souvent de la prise de conscience des différences – si d’aucuns ne tiraient pas des conclusions abusives de leur propre croyance : la science a montré, par exemple, que certaines « vérités bibliques » n’étaient pas crédibles et que cela démontrait l’inutilité et même la non-existence des diverses spiritualités. C’est alors faire peu de cas de tous ceux qui pensent que leur foi les aide à vivre mieux.
Science et religion ...
D'autres liens Réflexions protestantes libérales Protestants dans la ville Accueil Contact

Site protestant libéral
Résister On Line