RetourLe péché ...
Dialogues G.R. : comment définiriez-vous ce mot un peu étrange mais ô combien répandu : le péché ? G.S. : le péché est le mal selon la religion, mais chaque religion le définit à sa manière. Dans l’islam, c’est ne pas faire le ramadan, ne pas faire la prière rituelle, etc. Dans le catholicisme, c’est mal se conduire envers son prochain, mais aussi transgresser ce que le pape appelle les lois « naturelles » ; ces transgressions se retrouveraient dans le divorce, les diverses formes de contrôle des naissances, l’IVG, l’homosexualité, etc. Dans les milieux évangéliques, c’est également mal se conduire envers son prochain mais aussi négliger le culte, ne pas essayer de convertir les gens, fumer, aller dans des cafés, danser, avoir des relations sexuelles en dehors du mariage. Dans les milieux protestants, il y a certaines Églises qui sont proches sur ce point des évangéliques, et d’autres qui sont des églises libérales. Pour ces dernières, le péché est de se détourner des autres hommes, et de ne pas les aider à vivre sur le plan social et humain, voire d’essayer de les dominer sur le plan religieux, moral, politique, sans respecter leur liberté de pensée. G.R. : quand vous dites « les aider à vivre sur le plan social et humain », c’est ce que la Bible appelle « aimer son prochain », c’est ça ? G.S. : Jésus propose une réponse à votre question. Dans un grand texte de Matthieu, il dit : pour lire le texte complet, cliquez ici ...
Le péché est un peu l’épouvantail que certains agitent devant des personnes plus ou moins crédules pour tenter de leur inculquer un embryon de morale. Évidemment, c’est un moyen comme un autre de donner une sorte de catalogue de ce qui est bien et de ce qui est mal, mais la Bible nous enseigne autre chose : depuis Adam et Ève, qui ont mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’homme sait voir ce qui est mal dans ses actes, il sait se juger, il sait même se condamner. L’ennui est que, au IVe siècle, Augustin d’Hippone (Saint-Augustin) a « inventé » à partir de là le « péché originel », et la suite de conséquences de cette notion bizarre a considérablement éloigné la pratique religieuse du message biblique.
D'autres liens Réflexions protestantes libérales Protestants dans la ville AccueilSite protestant libéral