Retour TéléchargerDialogues G.R. : à notre époque, la laïcité est brandie un peu partout comme un drapeau, ou comme un épouvantail. Les protestants sont-ils laïques ? G.S. : les protestants sont, en France, des croyants radicalement laïques et anticléricaux. La laïcité est née en France d’une révolte contre le pouvoir de l’Église catholique dans le gouvernement, et la marginalisation des juifs, des protestants et des athées, qu’elle avait imposée : il ne pouvait, par exemple, y avoir d’état civil que catholique. Et ce ne sont pas seulement les « incroyants » qui ont propagé la laïcité, mais également les protestants. Le premier président de l’Assemblée Nationale, en 1789, était un pasteur : Rabaut-Saint-Etienne. Et la naissance de l’école laïque, dite de Jules Ferry, était aussi sous influence protestante : lors de son institution, les protestants ont donné 1500 écoles libres protestantes à l’État. Les protestants n’ont jamais été intéressés par la tolérance, mais bien par la liberté pure et simple. G.R. : en fait, la laïcité protège la démocratie, elle nous protège, en définitive. G.S. : exactement. Regardez par exemple ce mot horrible de « blasphème » : j’en ai entendu parler par des réfugiés d’Iran ; dans ce pays, on accuse – souvent faussement – les chrétiens d’avoir « mal parlé » de Mohammed, et on les met en prison ! En Europe il n’y a pas de délit de blasphème. La laïcité nous protège heureusement. On a tout à fait le droit de penser ce qu’on veut de la naissance de Jésus ! On peut lire librement la Bible, le Coran, la Bhagavad gita et les oeuvres de Karl Marx, sans être accusé de « blasphème ». G.R. : la franc-maçonnerie n’est pas une religion, mais nous avons une question à ce propos : La Franc Maçonnerie est elle une religion ? La France est elle vraiment laïque ? G.S. : la Franc-Maçonnerie n’a rien d’une religion : elle n’a pas de dogmes, de rites religieux, d’enseignement fixe. Elle est, à la manière anglo-saxonne, une ligue de libre discussion, inventée par des protestants anglais. L’Église catholique, qui n’aime pas qu’on échappe à son influence, a interdit aux catholiques d’y participer – mais nombreux sont les catholiques qui y sont malgré tout. G.R. : dans d’autres pays européens, on nous accuse, nous français, d’être un peu trop focalisés sur la laïcité ; d’ailleurs ce mot est difficilement traduisible dans d’autres langues. G.S. : effectivement, les discussions entre membres de l’Union Européenne, à propos de ce que l’on a appelé improprement « la constitution européenne », ont donné lieu à des incompréhensions mutuelles, parce que plusieurs pays souhaitaient que l’on y inscrive l’origine chrétienne de la culture européenne, et que la France refusait au nom de la laïcité. De même, dans les pays de tradition musulmane, la laïcité est considérée comme antireligieuse, car en arabe, « laïcité » se traduit par « athéisme ». Pour aller plus loin... Les protestants se sont toujours retrouvés sur les valeurs de la République, on peut dire qu’ils ont la « vertu républicaine » au sens de l’Esprit des Lois. Et la laïcité en est une. Une explication à ce phénomène socio-politique peut être trouvée dans le fait que la France est sans doute le seul pays d’Europe à avoir eu un passé aussi réactionnaire, à la suite des rois Louis (Louis XIII, XIV, XV et XVI). Et le Second Empire n’avait pas vraiment arrangé les choses. Dans ces périodes-là, il n’y avait ni liberté de la presse, ni liberté de réunion (les protestants n’ont pas eu le droit de réunir leurs synodes, entre le début du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle !) D’où les relations traditionnellement conflictuelles en France entre l’État, même républicain, toujours un peu dominateur et prétentieux, et les religions, qui se sentent toujours mal comprises et mal aimées. Pour autant, on ne peut pas dire que la laïcité soit une revendication athée, en France tout au moins. Par exemple, la séparation des églises et de l’État a été revendiquée au XIXe siècle par des penseurs protestants comme Alexandre Vinet (un Suisse). La laïcité proprement dite, c’est-à-dire la séparation des Églises et de l’État, a été imaginée en France au début du XXe siècle par une association de socialistes, de francs-maçons et de protestants (qui étaient d’ailleurs souvent les mêmes), pour se libérer de l’association des gens de droite et de l’église catholique, qui tendaient à imposer leur système conservateur et intégriste à tout le monde. Ce n’est donc en rien une attitude athée, c’est-à-dire niant l’existence de Dieu. La République ne veut reconnaître aucune religion, mais elle les accepte toutes, dans la mesure où elles ne cherchent plus à dominer les autres citoyens. La laïcité a de nombreuses conséquences sur la vie quotidienne en France. Par exemple, les mariages sont autorisés entre deux personnes majeures et consentantes, quelle que soit leur religion, au contraire des pays musulmans où une femme musulmane n’a pas le droit d’épouser un homme non musulman. En France, les femmes, qu’elles soient musulmanes, catholiques, protestantes, juives, bouddhistes, athées ou autre chose, peuvent épouser celui vers qui leur coeur les pousse, sans scrupule et sans crainte. Nous sommes, heureusement, depuis la séparation des Églises et de l’État, depuis la laïcité, dans un pays libre, où rien ni personne, aucune autorité religieuse, morale, politique, ne peut empêcher une fille majeure, d’épouser l’élu de son coeur.
Pour être tenu au courant des publications sur ce site, cliquez ici...
La Laïcité ...
Les protestants sont républicains et laïques, en grande majorité. La laïcité bien comprise a été leur grande exigence, au moins jusqu’à la Loi de séparation des églises et de l’État de 1905. La laïcité protège la démocratie, en ceci qu’elle autorise les religions, toutes les religions, mais n’en privilégie aucune, et c’est très bien comme cela.
D'autres liens Réflexions protestantes libérales Protestants dans la ville Accueil Contact

Site protestant libéral
Résister On Line