RetourComprendre et non pas convaincre ... La tendance, sans doute naturelle, de tout un chacun est de partager ses connaissances et ses découvertes, et c'est plutôt un comportement positif. Et en revanche, on a souvent du mal à prendre le temps et le recul nécessaires pour porter attention aux connaissances et aux découvertes de "l'autre". Et c'est nettement moins bien ! La limite de ce comportement à deux facettes sera atteinte, dépassée peut-être quand, non seulement on n'ira pas vers lui pour accueillir sa foi propre, mais qu'on tentera de le persuader de la justesse de notre façon de croire. En effet, pourquoi voudrait-on convaincre son prochain qu'il aurait tout avantage à être du même avis que nous ? Des décennies d'œcuménisme n'ont pas réussi à persuader les chrétiens eux-mêmes de croire les mêmes "fondamentaux" et d'avoir la même image de Dieu, la même conception de la nature de Jésus, etc. Et quel mal y a-t-il à cette diversité ? Et pourquoi la diversité est-elle nommée "divisions" par certains ? Pour autant, on ne pourrait approuver l'autre extrême : une indifférence polie pour les opinions et croyances d'autrui, comportement qui confine à l'égoïsme sous prétexte de respect de l'opinion du voisin. " Je n'aime pas les fondamentalistes quand ils me disent ce que je dois croire, et je n'aime pas les libéraux quand ils me disent ce que je ne dois pas croire... "
Comprendre et non pas convaincre ...
Protestants dans la ville D'autres liens AccueilLes Cévennes au lever du soleil cliché Gilles Carbonell
Site protestant libéral
Réflexions protestantes libérales