RetourNon, l’apocalypse biblique ne désigne pas la fin du monde, ni une immense catastrophe ! Si ce terme est passé dans le langage courant pour désigner un désastre, qu’il soit d’origine humaine ou naturelle, c’est parce que des esprits anxieux se sont penchés sur le « Livre de l’Apocalypse », et ont eu du mal à comprendre ce style littéraire, dit « apocalyptique ». Ils n’en ont retenu que les descriptions de catastrophes. Aujourd’hui, on ne compte plus les annonces de fin du monde, d’apocalypse, répandues par des personnes qui se pensent « initiées » et qui font de savants calculs pour en déterminer la date exacte.
Apocalypse et fin du monde ...
Dialogues G.S. : pour une fois, c’est moi qui vais poser une question : pour vous, apocalypse signifie-t-il « fin du monde » ? G.R. : quand même pas ! Je sais bien que « apocalypse » signifie « révélation » ! D’ailleurs, j’ai eu l’occasion d’ouvrir une Bible anglaise et ce livre y est appelé « revelation » en anglais. Maintenant, quant à savoir pourquoi, aujourd’hui, on lui donne le sens de catastrophe, cela me paraît un peu nébuleux. J’imagine que c’est juste parce qu’on ne comprend pas bien, de nos jours, ce texte un peu ésotérique, et qu’on n’en retient alors que la description des destructions, chutes d’étoiles, incendies, etc. Entre parenthèses, ces descriptions sont criantes de vérité ! G.S. : l’auteur peut s’être inspiré de plusieurs catastrophes ; la catastrophe la plus souvent citée est l’incendie de Rome en 64, mais on trouve aussi pas mal de similitudes avec la destruction de Pompéi en 79, lors de l’éruption du Vésuve. G.R. : pourquoi est-ce si difficile de comprendre ce livre ? pour lire le texte complet, cliquez ici ...
D'autres liens Réflexions protestantes libérales Protestants dans la ville AccueilSite protestant libéral